--------------------------------------
Accueil
SPAG News
Gazette
Bulletin d'adhésion
Présentation
Historique
Les amis de la SPAG
Savez-vous que ...
Du côté de la loi
Petites annonces
Animaux perdus
Courrier des lecteurs
Liens avec les autres SPA
Contact
Pétition
   
--------------------------------------
 
 
--------------------------------------
Adhérez à la SPAG
-------------------- Les Amis de la SPAG
LA PMAF PUBLIE LA PREMIÈRE ÉTUDE FRANCAISE SUR LES SIGNES DE QUALITÉ ET LE BIEN-ÊTRE ANIMAL
Protection Mondiale des Animaux de Ferme
5 janvier 2005
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Metz le 10 novembre 2004

La Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) a rendu publique aujourd'hui une étude des cahiers des charges de l'Agriculture biologique et des élevages Label Rouge qui confirme que ces signes de qualité garantissent des conditions d'élevage plus respectueuses du bien-être des animaux.

L'étude de la PMAF passe en revue les conditions de logement des animaux, les conditions d'accès au plein air et le type de parcours utilisé, leur régime alimentaire, les mutilations qu’ils peuvent subir, l'âge de sevrage, la vitesse de croissance, les traitements utilisés pour stimuler la croissance ou la production, les conditions de transport, d'abattage, etc.

La comparaison avec les modes de production standard révèle le gouffre qui distingue l'élevage intensif de l'élevage bio ou Label Rouge : tandis que dans les élevages intensifs, tout est prévu pour rationaliser la production et la vitesse de croissance des animaux, les élevages Bio et Label Rouge, au contraire, respectent le rythme de croissance naturel des animaux, limitent les densités d'élevage, garantissent qu'ils ont une litière et, dans la plupart des cas, un accès au plein air etc.

La PMAF souhaite encourager les consommateurs soucieux du bien-être des animaux à donner leur préférence à ces produits de qualité. Pour ce faire, l'association présente son enquête sur les signes de qualité sur son nouveau site web www.pmaf.org/labels, et a imprimé 25 000 exemplaires d'une brochure qui informe et aide les consommateurs à choisir les produits respectueux du bien-être animal. La brochure est envoyée sur simple demande.

L'association fait aussi plusieurs recommandations pour que les cahiers des charges bio et Label Rouge prennent mieux en compte le bien-être animal. Elle recommande, par exemple, que pour l'élevage bio, la durée maximale de transport des animaux soit clairement précisée ou que l'abattage des cailles Label Rouge par étouffement soit interdit. De plus, l'association déplore la production de foie gras Label Rouge et de volailles chaponnées Label Rouge et biologiques.

L'étude de la PMAF tente de répondre à une attente des consommateurs français qui, chaque année, sont de plus en plus nombreux à demander à l'association de leur indiquer les produits alimentaires "éthiquement" acceptables.

La PMAF a également adressé son étude à de nombreuses associations de défense des animaux à l'étranger ainsi qu'aux plus grandes chaînes européennes de supermarchés. La PMAF est convaincue que l'argument " bien-être animal " peut être un atout majeur pour favoriser les exportations des produits de l'élevage français, notamment vers les pays du nord de l'Europe qui sont particulièrement sensibles à cette question.

Pour plus d'informations ou pour recevoir une copie de l'étude de la PMAF " Les signes de qualité et le bien-être animal ", vous pouvez contacter Ghislain Zuccolo, directeur de la PMAF au 03 87 36 46 05 ou au 06 15400933.
Membre observateur de France Nature Environnement - Association régie par le droit local

Protection mondiale des animaux de ferme
8 ter en Chandellerue - BP 80242 - 57006 METZ Cedex 1
Tél. : 03 87 36 46 05 - Fax : 03 87 36 47 82
Email : courrier@pmaf.org
Site Internet : www.pmaf.org
CCP:1 508 71 Z Nantes
PMAF courrier@pmaf.org


UN POINT SUR LA PROTECTION ANIMALE ET DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES CARAIBES
25 mai 2004
ANGUILLA : la Fondation de Protection Animale d’Anguilla a ouvert sa première clinique de stérilisation en juillet 2003. Au total 96 animaux ont été stérilisés pour un coût annuel estimé à 42 $ US par animal. D’autres cliniques devraient être opérationnelles pour 2004. A ce jour , Anguilla n’a pas de refuge pour animaux . D’autres programmes sont prévus pour 2004.

ANTIGUA et BARBUDA : les aides financières accordées par la fondation Pégasus assurent la stérilisation de chiens et chats grâce à l’assistance de la société " humane " d’Antigua et Barbuda. Ce programme a assuré la stérilisation de 539 animaux pour la fin 2003. Antigua est doté d’un petit refuge qui fonctionne grâce au financement privé quoique le personnel soit fourni par le gouvernement.

L’ILE ABACO BAHAMAS : le programme d’initiative de stérilisation a traité 120 chiens dans sa clinique ouverte en avril- mai 2003 à un coût de 100 $ US par animal. Cette clinique fait partie du programme visant à développer une série de cliniques initié en 1999. Les autres cliniques seront opérationnelles dès que le financement sera disponible. L’île n’a aucun refuge et ne gouvernement n’assure le financement pour aucune société de protection.

SAINTE LUCIE : le programme de stérilisation de Sainte Lucie constitue un effort collectif entre le Programme d’Assistance Vétérinaire International qui fonctionne avec les vétérinaires volontaires du monde entier et qui assurent les stérilisations dans les cliniques, la société de Protection Animale de Sainte Lucie qui se charge d’encadrer les vétérinaires internationaux, s’occupe également de la capture et du transport des animaux, ainsi des vétérinaires locaux qui ne minimisent pas leurs services en offrant leurs locaux à cette cause. Le programme de stérilisation de Sainte Lucie initialement lancé en novembre 2001, a déjà stérilisé plus de 600 chiens et chats à ce jour. Il n’existe aucun refuge, il n’y a pas de financement de la part du gouvernement.

LES ILES TURCK & CAICOS : plus de 600 chiens et chats ont été stérilisés grâce au Programme de Stérilisation lancé en novembre 2001. Le gouvernement participe au financement d’un bureau de contrôle d’animaux. il n’y a pas de refuge.

LES ILES VIERGES DES ÉTATS UNIS : une aide financière accordée par la Fondation Pégasus au Centre d’Assistance et Protection Animale de Sainte Croix a été le point de départ d’une étroite collaboration entre les principaux groupes de protection animale et trois des iles vierges : Ste Croix, St Thomas et St John. Une partie des fonds accordés par Pégasus ont été utilisés à la promotion d’une annonce publicitaire publique offrant les services de stérilisation à un coût très alléchant sur les trois îles. Dans les deux mois suivant cette promotion, les groupes de protection animale répartis sur les trois îles Vierges ont enregistrés une augmentation des demandes de stérilisation de 90%. De juillet à décembre les trois îles ont assuré 680 stérilisations à un coût raisonnable. Les trois îles ont des refuges et bénéficient du soutien du gouvernement.

Si vous vous rendez sur ces îles prenez le temps de trouver le siège des sociétés de Protection animale. Allez leur rendre visite afin de les féliciter, demandez comment les aider et passez le mot aux autres touristes.

MONTSERRAT : des animaux sont tués par balle - ce qui a soulevé un tollé d’indignations – chiens, chats, cochons et autres animaux d’élevage. la surpopulation animale est réglée à coup de fusil !
Le docteur Wolf KREBS vétérinaire à Montserrat s’exprime ainsi : " contrôler la population animale en tirant les animaux au fusil est cruel. Les animaux sont rarement tués sur le coup. C’est aussi inefficace, la preuve en est que le problème des animaux errants et des divagations de bétail est toujours aussi présent sur l’île, malgré la tuerie. Aucun gouvernement ne devrait avoir le droit de détruire intentionnellement la propriété de ses citoyens. "

Merci Docteur Wolf KREBS, depuis le temps que la SPAG dit que la tuerie est cruelle et inefficace !

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE :
Envoyer des lettres ou e-mail au gouvernement de Montserrat pour arrêter cette protique d’euthanasie.
Il y a une lettre type sur le site : http;//compassionatetraveler.org/latest_airtn.htm#Montserrat
Envoyez vos lettres à :
o Mr Gerard GRAY - Director of Agriculture - Government - Montserrat West Indies
o Honorable Annie DYER-HOWE - Minister of Agriculture - Government - Montserrat West Indies
o The Honorable Anthony LONGRIGG – Governor’s House – Montserrat West Indies

LE PROBLEME DES DAUPHINS CAPTIFS À TRAVERS LES CARAIBES:
Leur capture est souvent violente. Ils sont soustraits à leur milieu naturel, conclusion : plus de la moitié des dauphins capturés meurent dans les 3 mois qui suivent.
Environ 400 dauphins captifs aux Etats Unis et de nombreux établissements sont en chantier dans les Caraïbes .
Actuelle ment on trouve des dauphins en captivité à Anguilla, Antigua, la Dominique. D’autres sont en projet à Sainte Lucie et Grand Caïman

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE :
Préférer voyager sur les îles Hawaïennes de Maui, en effet cette île a interdit les show de dauphins et baleines en captivité, elle s’est jointe aux 16 autres villes et états qui ont interdit les show de cétacés.

LA POLLUTION DES BATEAUX DE CROISIÈRE
D’après Oceana (association à but non lucratif ayant pour but de protéger le monde des océans) on estime à 30 000 gallons (1 gallons = environ 4 litres) le volume des eaux d’égout non traitées rejetées chaque jour par un bateau de croisière de taille moyenne de 3000 passagers et membres d’équipage. Dès lors qu’un bateau est à plus de 3 miles des côtes, ses eaux d’égout non traitées peuvent être rejetées dans l’océan. En plus des eaux d’égout, 255 000 gallons d’eaux usées provenant des machines à laver, douches, lavabos, machines à laver la vaisselle sont rejetées par jour par un bateau de taille moyenne.
Enfin, il faut savoir qu’un bateau de croisière produit en moyenne 15 gallons de produits chimiques par jour (nettoyage à sec, développement photographique et peinture réalisée à bord)
Le 30 octobre 2003 Océana a lancé une campagne contre les croisières Royal Caribbean plus de 3000 touristes ont signé une pétition s’engageant ainsi à ne pas choisir cette compagnie tant que les eaux usées non traitées seront rejetées dans les océans. Océana compte réunir 1 000 000 de signatures d’ici la fin de l’année.
Pour signer cette pétition :
http://gaO.org/campaign/stop_cruise_pollution2

DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE CARTAGENA LES PAYS DE LE CARAIBE ENTENDENT PROTÉGER LEUR FAUNE ET LEUR FLORE.
En effet des milliers d’espèces animales et végétales sont présentes dans les Caraïbes. 76% des espèces sont actuellement menacées .
Les raisons essentielles : modification de l’habitat, surexploitation, dégradations dues aux prélèvements excessifs, aménagement anarchique de la bande littorale, pollutions .
En Guadeloupe les réserves marines protégées sont : Saint Barthélémy, Saint Martin, Petite Terre, Grand Cul de Sac marin et bientôt Bouillante.
Un atelier est dirigé actuellement par Maurice ANSELME (tel : 0590 99 35 60 – fax 0590 99 35 65) avec le Parc National, l’O.N.F., le CIRAD,, l’INRA, la DIREN, l’UAG……..
22 % des récifs coralliens sont déjà perdus dans la région caraïbe et 35 % des stocks de poissons surexploités. Les ressources naturelles des caraïbes disparaissent de façon inquiétante.

Dès que nous aurons d’autres informations nous vous les communiquerons.
M.A. ABANE contact@spa-guadeloupe.org

HAUT DE PAGE

Société de Protection Animale de la Guadeloupe
B.P. 329 - 97183 Abymes Principal - Guadeloupe - F.W.I.
Tél / Fax : +590 - (0)5 90 90 12 30
E-Mail : contact@spa-guadeloupe.org
Enregistrée à la sous-Préfecture de Pointe à Pitre le 29 avril 1986 sous le n° 1957